La ventilation du logement

24/04/2019 - Installation / Remplacement

On peut se demander en quoi la ventilation de son logement est importante. Souvent, on la néglige même, alors qu’en réalité, la ventilation est indispensable. Elle sert à vous apporter un environnement sain grâce au renouvellement de l’air. Aujourd’hui, différents systèmes de ventilation existent pour renouveler l’air. La ventilation de la maison a même été rendue obligatoire par un arrêté du 24 mars 1982.

Comprendre l’importance de la ventilation

Ventiler son logement, c’est renouveler l’air. Il n’est pas toujours simple de saisir pourquoi c’est indispensable. On ne s’en rend pas compte mais l’air présent à l’intérieur de notre logement ne se maintient pas naturellement à un bon niveau de qualité. Certains éléments viennent appauvrir la qualité de notre air :

  • De l’humidité que nous provoquons en prenant des douches ou des bains, en cuisinant (vapeur de cuisson, vaisselle…) et même en respirant. On observe d’ailleurs des moisissures dans les pièces humides de logements insuffisamment ventilés.
  • Des polluants intérieurs provoqués par les aérosols ou par des cheminées par exemple
  • Du CO2 que nous rejetons en respirant

De plus, d’année en année, les maisons construites sont de mieux en mieux isolées et laissent passer de moins en moins d’air, d’où l’importance d’installer des systèmes de ventilation de plus en plus performants.

 

La ventilation c’est aussi un élément à prendre en compte dans la performance énergétique de son logement. Lorsque que l’on fait entrer de l’air dans son logement, celui-ci n’est pas forcément à la température désirée à l’intérieur… trop froid en hiver, trop chaud en été. Il existe des systèmes qui permettent de perdre le moins d’énergie possible, tout en garantissant la qualité de l’air. C’est un élément à ne pas oublier en cas de travaux de rénovation.

Connaître les différents types de ventilation

Le moyen auquel on pense souvent en premier est d’ouvrir ses fenêtres et de laisser sa maison aérer une dizaine de minutes par jour afin que l’air soit complément renouvelé.

 

En été réalisez cette opération plutôt au petit matin, pour profiter du moment le plus frais de la journée alors qu’en hiver, essayez de profiter des heures les plus chaudes pour ne pas trop rafraîchir votre logement. C’est un très bon réflexe [indispensable] qui va venir en complément de ventilations mécaniques.

La VMC – simple flux

Il fonctionne grâce à un extracteur électrique : c’est comme un ventilateur inversé. L’air « neuf » va se diffuser grâce à des entrées d’air situés dans les pièces sèches. Les bouchons d’extraction sont situés dans les pièces humides où il y a le plus d’air « appauvri » afin de l’évacuer. Peu onéreuse, c’est actuellement le système de ventilation le plus utilisé. Il existe différents types de VMC simple flux :

  • Autoréglable : un réglage à l’aide d’un clapet peut être réalisé lors de l’installation du système en fonction de chaque logement et du nombre de pièce. Le débit d’air est ensuite constant.
  • Hygroréglable : les débits varient en permanence (entrée et sortie d’air) en fonction du degré d’humidité de l’air ambiant.

La VMC – double flux

Elle permet de récupérer les calories de l’air sortant grâce à un échangeur sans que l’air entrant et l’air sortant se mélangent. Cela permet de réchauffer l’air entrant et donc de limiter les déperditions d’énergie. Le débit d’air peut même être ajusté pièce par pièce.

 

La VMC double flux existe aussi dans une version thermodynamique. Ce système intègre une mini pompe à chaleur qui permet de récupérer les calories de l’air sortant afin de les ajouter à l’air entrant. Ce système est très efficace et permet de réaliser un gain énergétique conséquent.

 

La VMI – Ventilation Mécanique par Insufflation

Il s’agit d’un type de ventilation peu utilisé à l’heure actuelle.  Au contraire des autres systèmes, le principe est d’aspirer l’air extérieur pour l’injecter à l’intérieur. Il y a alors « surpression », c’est-à-dire qu’il y a trop d’air à l’intérieur du logement. L’air « vicié » est alors poussé à l’extérieur par les bouches d’aération.

 

La réglementation thermique 2012, préconisait la ventilation simple flux hygroréglable et la VMC double flux.

La ventilation des chaudières gaz

Une chaudière produit également de l’air vicié : en effet, elle brûle du gaz et émet donc des fumées de combustion. Naturellement, elle possède donc son propose système d’évacuation via différents types de conduits :

  • Une ventouse : Dans ce cas, la chaudière évacue ses fumées de combustion via un double conduit qui va prélever cet air intérieur vicié pour le rejeter à l’extérieur. Il s’agit d’un appareil étanche qui ne nécessite pas de ventilation spécifique.
  • Un conduit de cheminée : Il s’agit de la solution la plus courante mais qui nécessite un entretien régulier : le ramonage. La chaudière prend de l’air dans la pièce où elle est puis rejette ses fumées de combustion via la cheminée.

Dans tous les cas, l’installation d’une chaudière nécessite d’obéir à des règles bien spécifiques pour répondre aux normes de sécurité en vigueur.

Crédits photos Istock