Vers quel système de chauffage se tourner après le fioul ?

12/02/2019 - Nos actualités, Nos conseils

Besoin de changer votre ancienne chaudière fioul devenue obsolète ? Pour remplacer ce système, de multiples options existent : chaudière gaz, électricité, bois, solaire… Expert chauffagiste depuis plus de 50 ans, Garanka vous aiguille dans le choix du système de chauffage le plus adapté à votre habitation et votre budget.

Changer une chaudière fioul : quel est le bon moment ?

Disposer d’un système de chauffage récent et performant est un gage de confort et de tranquillité. Si malgré un entretien annuel, votre ancienne chaudière au fioul montre des signes d’usures (pannes à répétition, bruits inhabituels) ou une consommation énergétique en hausse constante, c’est le moment de réfléchir à son renouvellement. Si votre chaudière au fioul a été installée avant 1990, il est fortement recommandé de la changer.

 

Un appareil de chauffage obsolète entraîne une augmentation de vos factures d’énergie, un faible rendement et un vrai inconfort thermique (absence de régulation et de thermostat d’ambiance…).

 

De plus, il existe une série d’aides financières mises en place par le gouvernement début 2019 afin d’accompagner les propriétaires à s’affranchir de leur système de chauffage au fioul au profits de solutions écologiques.

Quelle énergie choisir après le fioul ?

Pour plus de sécurité, de tranquillité et de confort, il peut être judicieux de changer votre installation fonctionnant au fioul. Le fioul est-il une énergie renouvelable ?  La réponse est non. C’est pourquoi abandonner cette énergie fossile pour une énergie renouvelable s’inscrit également dans une démarche éco-responsable.

 

Concrètement, pour le remplacement de votre chaudière au fioul, plusieurs options s’offrent à vous. Il existe aujourd’hui 4 principales sources d’énergie disponibles : l’électricité, le solaire, le bois et le gaz. Des écarts de prix notables existent entre ces différentes solutions. La configuration de votre habitation, le nombre de personnes, de salles de bain, mais aussi votre budget vous guideront dans le choix du modèle adapté à votre projet.

  • L’électricité : cette énergie est moins coûteuse que le fioul. De plus, l’installation d’une pompe à chaleur permet de bénéficier rendement élevées, diminuant fortement la consommation énergétique.
  • Le bois : énergie la moins coûteuse (en moyenne 69 euros/ MWh), mais qui exige l’installation d’un poêle à bois ou d’une chaudière à granulés bois. Il est également nécessaire de prévoir l’approvisionnement et le stockage des buches, pellets ou autres granulés.
  • Le gaz : énergie peu coûteuse, la chaudière gaz permet de réaliser jusqu’à 20% d’économies d’énergies, mais exige soit un raccordement au réseau de gaz naturel ou la mise en place d’une citerne de propane.
  • Le solaire : totalement renouvelable, l’énergie solaire seule ne permet pas de chauffer l’intégralité d’un logement. Un chauffe-eau solaire doit être associé à un autre équipement de chauffage (chaudière ou pompe à chaleur)

Remplacement de la chaudière : quelles sont les aides financières ?

Pour inciter les ménages à faire des économies d’énergie, l’État octroie des aides financières, notamment une prime pour le remplacement d’une chaudière vieillissante et énergivore. La prime « coup de pouce économies d’énergie » est un dispositif reconduit jusqu’au 31 décembre 2020. Selon le type de chauffage choisi, le montant de cette prime peut s’élever jusqu’à 5500 euros. De plus cette prime est cumulable aux aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) Habiter Mieux Sérénité ou Agilité.

 

crédits photos : istock