La pompe à chaleur géothermique

24/07/2019 - Installation / Remplacement

On entend de plus en plus parler de la pompe à chaleur (PAC). Aujourd’hui, deux technologies différentes existent : l’aérothermie et la géothermie. Focus sur la géothermie ! L’objectif est de comprendre si cette technologie peut vous correspondre en prenant en compte les différentes contraintes d’installation.

 

Qu’est-ce que c’est ?

Une pompe à chaleur est un système capable de produire le chauffage et l’eau chaude sanitaire de votre logement.

 

Lorsqu’on indique qu’une pompe à chaleur est géothermique, cela précise que l’appareil va fonctionner en récupérant la chaleur de la terre  pour produire de l’énergie. Cette technologie s’oppose à l’aérothermie, où la pompe à chaleur récupérera les calories contenues dans l’air.

Comment ça marche ?

Des capteurs thermiques vont venir capter la chaleur contenue dans le sol. L’avantage est que la température du sol reste plus chaude pendant l’hiver que celle de l’air, ce qui implique un meilleur rendement de votre système (et donc un meilleur COP). L’un des avantages est également que cette pompe à chaleur n’aura pas de problème à fonctionner dans un climat rigoureux.

 

Les capteurs ne sont pas positionnés profondément et les calories récupérées sont donc ceux conservées par le sol provenant du soleil et de l’eau de pluie.

 

La chaleur captée et valorisée par le système de votre appareil sera distribuée à votre système de chauffage. Attention, la pompe à chaleur géothermique ne fonctionnera qu’avec un plancher chauffant et ou des radiateurs basse température.

Les différents types de capteur

L’installation de la pompe à chaleur et de ses capteurs dans le sol devra être réalisée par un professionnel. Il existe différents types de capteurs que vous pouvez envisager selon la configuration de votre espace extérieur :

 

  • Les capteurs horizontaux. C’est la solution la plus facile à installer et donc celle qui est la plus utilisée en France à l’heure d’aujourd’hui. En effet, ce système sera enterré entre 0,60 et 1,20 mètre de profondeur. Les capteurs sont horizontaux : il vous faudra donc une certaine étendue de jardin puisque la surface de captage doit être au moins égale à 1,5 fois la surface à chauffer.
  • Les capteurs verticaux. Si votre jardin n’a pas une surface suffisante, le captage vertical sera la solution à envisager. Une autre raison qui peut vous amener à choisir ce type de captage est le fait d’être en rénovation et non dans une installation neuve : cette solution évite d’abimer une grande surface de terrain. Un forage permettra d’installer ces capteurs à une profondeur pouvant aller jusqu’à 100m. L l’installation sera donc plus efficace car moins exposée aux changements de température. L’inconvénient de cette solution est son coût plus élevé du fait de l’intervention d’une société spécialisée pour le forage.
  • Les capteurs sur nappe phréatique. Si votre maison est située au-dessus d’une nappe, c’est une solution qui peut être envisagée. Les capteurs seront alors placés de manière verticale dans un ou plusieurs puits.

Les gammes de prix

Les pompes à chaleur géothermiques présentent de bonnes performances mais aussi un coût plus élevé qu’une pompe à chaleur aérothermique et beaucoup plus élevé qu’une chaudière à condensation. Son prix moyen se situe à titre indicatif autour des 13 000€.

 

Différentes aides de l’état très avantageuses sont cependant en cours actuellement pour faciliter l’achat de systèmes favorisant l’environnement comme celui-ci.  Notre simulateur en ligne est là pour vous estimer ce à quoi vous pourrez prétendre.

Si ce système vous intéresse, n’hésitez pas à prendre rendez-vous gratuit pour obtenir un devis personnalisé :

Cliquez ici

Crédits photos IStock